Place et usages du buis en Gaule : comparaison des aires de distribution, de transformation et de diffusion de la ressource aux produits manufacturés

L’atelier porte sur la place et les usages du buis en Gaule à partir des bois découverts en contexte archéologique. Il a pour ambition de dresser un inventaire le plus exhaustif possible de tous les objets, chutes ou ébauches ainsi que les bois non travaillés en buis. Dans un premier temps, l’aire d’étude est limitée à la Gaule. Il s’agit de percevoir les aires de distribution et de collecte pour cette essence, de ces différentes mises en œuvre jusqu’à la diffusion d’objets manufacturés. L’atelier réunit actuellement une dizaine de participants.

Membres de l’atelier

  • Responsable de l’atelier : François Blondel (UMR 6298 ARTEHIS)
  • Participants GDR : BELLAVIA Valentina, CABANIS Manon, Lucie Chabal, GUITTON Véronique, LECOMTE-SCHMITT Blandine (Inrap, UMR5600 EVS)
  • Participants hors GDR : MILLE Pierre (Inrap, UMR5600 EVS), SAEDLOU Nima (Xylotree), TEGEL Willy (Dendronet, Institute of Forest Sciences-University Freiburg), WICHA Stéphanie (Archéobois).

Présentation du projet

La découverte de nombreux objets en buis (Buxus) en Europe occidentale, datés de l’Antiquité, soulève la question des lieux de collecte vers ceux de production et de leur diffusion dans tout l’Empire romain. Cette essence, dont la densité permet d’obtenir une belle finition et une bonne durabilité, occupe une place de choix pour la fabrication d’une grande variété d’objets allant des outils aux objets domestiques (peignes, pyxides) (fig. 1), ou encore des éléments d’ameublement tournés comme sculptés (Blondel, 2018). Cette large diffusion interroge, notamment au regard de la répartition du taxon (Buxus sempervirens) qui actuellement n’est disponible que dans certaines parties de l’Europe : les Pyrénées, le Midi et l’espace compris entre la vallée du Rhône et le massif du Jura (Mille, 2000 ; Di Domenico et coll., 2012) (fig. 2).

Fig. 1 : Lot de trois pyxides en buis découvert dans une tombe de la nécropole gallo-romaine des Martres-de-Veyre. Cliché : Philippe Bet et Bertrand Dousteyssier (dans Blondel , 2014, p. 138-139).
Fig. 2 : Carte de distribution du buis actuelle, avec les limites de la zone d’étude correspondant à la Gaule et celles de l’Empire romain. D’après Di Domenico et coll., 2012 ; Kvacek et coll., 1982.

Objectifs de l’atelier

Fig. 3 : Épave de Comacchio avec encore en place une partie de sa cargaison composée de plusieurs dizaines de billots de buis de même calibre. D’après Berti, 1990.

Cet atelier a pour objectif de réaliser un inventaire détaillé, à l’échelle de la Gaule romaine, de tous les objets réalisés en buis pour en percevoir toute la diversité, ainsi que les chutes (rebuts, ébauches) ou encore les bois non travaillés qui permettent de faire le lien entre les lieux supposés d’approvisionnement et ceux de production. Les nombreuses découvertes de ces bois archéologiques sur un large territoire, le plus souvent hors de leur aire de distribution, sous-entend leur diffusion à courte, moyenne ou longue distance, comme l’atteste la découverte de demi-produits sous forme de billots dans l’épave de Comacchio en Italie (Berti, 1990) (fig. 3). Le commerce de cette essence à l’état brut suggère donc des zones de collecte pourvues d’individus dont les calibres sont adaptés aux façonnages d’un large panel d’objets. La découverte d’ébauches ou de rebuts permet également d’attester de possibles lieux de production spécialisés (tourneur, peignier, menuisier). La distribution des données collectées à l’échelle de la Gaule permet d’identifier les types et savoir-faire par catégorie d’objets afin de distinguer les productions locales de celles à diffusion plus large, sans doute à l’échelle de l’Empire.

Mise en œuvre et production

Pour cette première année, seuls les artefacts et écofacts gorgés d’eau seront pris en compte pour renseigner la place importante de cette essence dans la vie quotidienne, l’artisanat, mais aussi comme espèce d’agrément. Par la suite, l’atelier devra s’ouvrir aux anthracologues, carpologues et palynologues pour une approche multi-proxy et interdisciplinaire afin de reconsidérer les limites actuelles de l’aire du buis et de pouvoir ainsi caractériser les lieux de collecte de ceux de production.

Un inventaire est en cours d’élaboration, par l’apport des études des participants et des sites publiés, pour permettre une première analyse autant sur la répartition des découvertes, la variété des objets que les possibles lieux de production.

Les premiers résultats de l’atelier seront présentés lors des 14e rencontres d’archéobotanique à Bruxelles, initialement prévue en 2020, mais reportées en 2021.

Bibliographie

  • BERTI, Fede. (1990). Fortuna Maris, La Nave Romana di Comacchio. Bologna : Nuova alfa Editoriale, 311 p.
  • BLONDEL, François. (2018). L’approvisionnement et les usages du bois découvert en Auvergne, du Second âge du Fer au Moyen Âge. Thèse de doctorat. Dijon : Université Bourgogne Franche-Comté, 850 p.
  • BLONDEL, François. (2014). Les pyxides découvertes aux Martres-de-Veyre. Dans P. Bet et B. Dousteyssier, Éclats Arvernes, Fragments archéologiques (Ier – Ve siècle apr. J.-C.) (p. 138-139). Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal.
  • DI DOMENICO, Francesco, LUCCHESE, Fernando & MAGRI, Donatella. (2012). Buxus in Europe: Late Quaternary dynamics and modern vulnerability. Perspectives in Plant Ecology, Evolution and Systematics, 14 (5), 354-362. <http://dx.doi.org/10.1016/j.ppees.2012.07.001>.
  • KVAČEK, Zlatko, BŮŽEK, Čestmir & HOLÝ, František. (1982). Review of Buxus fossils and a new large-leaved species from the Miocene of Central Europe. Review of palaebotany and Palynology, 37 (3-4), 361-394. <https://doi.org/10.1016/0034-6667(82)90008-2>.
  • MILLE, Pierre. (2000). Bois gorgés d’eau et artisanat : les puits du sanctuaire gallo-romain du Clos de Détour (Loiret). Dans I. Bertrand (dir.), Actualité de la Recherche sur le mobilier romain non céramique : Actes du colloque de Chauvigny (Vienne, France), 23 et 24 oct. 1998 (p. 215-235). Chauvigny : Association des publications Chauvinoises.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search