Programmation archéologique nationale (CNRA). Définition du contenu de l’Axe 14 : Archéologie des Paysages (appel à contribution)

Appel aux chercheurs souhaitant s’investir dans la définition d’un axe de la nouvelle Programmation archéologique nationale émanant du CNRA.

Le Conseil national de la recherche archéologique (CNRA) est un organisme consultatif institutionnel et interdisciplinaire placé auprès du ministre de la Culture. Il assure une mission de prospective scientifique au travers de la Programmation archéologique nationale, document qui rassemble un bilan et des perspectives, et qui est régulièrement actualisé. La programmation s’articule autour de 15 axes principaux de recherche, selon une logique à la fois chronologique et thématique. Ce document constitue un texte-cadre pour les services prescripteurs de l’état, qui peuvent ainsi promouvoir certaines thématiques au travers de la mise en œuvre des projets scientifiques d’intervention (PSI). Il guide aussi les opérateurs, publics et privés, qui s’appuient sur les axes pour élaborer leur projet scientifique de recherche, document obligatoirement joint à toute demande d’habilitation et de renouvellement d’agrément. Enfin, le texte peut être à la source de projets développés par les unités mixtes de recherche (UMR) bénéficiant d’un accord-cadre avec le Ministère de la Culture.

Une réactualisation de la Programmation archéologique nationale est en cours, sous la direction d’un groupe de travail coordonné par Séverine Hurard (Inrap) et Véronique Matterne (AASPE, CNRS/MNHN). Quinze nouveaux axes ont été définis et validés en séance plénière du 23 septembre 2020. La nouvelle mouture du document inclut pour la première fois un axe archéologie des paysages pour lequel tout reste à créer. La notion de paysage est comprise comme la somme historique des évolutions engendrées par les interactions entre des sociétés et leurs environnements, c’est-à-dire une construction à la fois historique, culturelle, économique et patrimoniale.

L’axe paysage ne peut se réduire à des questions méthodologiques, et plus que des disciplines, ce sont donc des thématiques qui doivent apparaître. Néanmoins, la démarche nous offre une entrée et un levier pour promouvoir les communautés de chercheurs œuvrant à l’interface des sciences naturelles et humaines. L’évolution des environnements est directement liée aux impacts des activités artisanales, des activités de production et au développement économique des sociétés. Pour en donner un exemple concret, les modalités de conduite des troupeaux et l’alimentation animale conditionnent certaines formes de gestion forestière (pacage en forêt, émondage…), mais créent aussi des espaces et outils spécifiques (prés, faux, prairies artificielles…). Autre exemple, l’évolution des modes de capture des poissons et de récolte des coquillages, les ateliers liés à leur conditionnement et transformation ont également des impacts environnementaux forts (surpêche, installations de pêcherie, ateliers de salaison, production de sauces de poissons, production de colorants…). De tels aspects peuvent être développés dans cet axe.

D’autres questions pourront s’insérer au sein d’autres axes et l’appel lancé ici couvre également ces autres contributions. Par exemple, le développement des boucheries trouvera davantage sa place dans l’évolution des structures urbaines et donc dans l’axe 6 Le phénomène urbain. L’axe 9 Archéologie des moyens de production et des techniques peut également accueillir des thématiques alliant approches économique et environnementale, on pense, par exemple, aux activités de charbonnage ou aux séquelles de l’extraction et de la réduction de minerais.

Dans un premier temps, nous lançons un appel pour la définition des sous-axes, qui seront accompagnés d’un court synopsis afin d’en préciser le contenu. Le plan détaillé des axes et sous-axes sera débattu lors de la séance plénière du CNRA des 27 et 28 janvier 2021, avec une liste des contributeurs pressentis, mais la réflexion se poursuivra jusqu’en mars.

D’ici cette date, vous êtes donc invités à émettre des propositions de thématiques qu’il vous semble important de mettre en avant à court et moyen terme.

Le texte final, attendu pour décembre 2021, devra synthétiser un court bilan des grandes avancées, des aspects méthodologiques et surtout des perspectives de recherche en 20 – 25 pages, en gardant à l’esprit que les objectifs doivent être applicables dans les 5 ans à venir et rester réalistes par rapport aux conditions d’exercice de l’archéologie métropolitaine et d’outre-mer.

Je suis la référente CNRA pour l’axe 14 archéologie des paysages et centraliserai vos propositions et envois. N’hésitez pas à proposer également des contributions aux autres axes, pour lesquels il existe déjà néanmoins des contenus.

Véronique Matterne, UMR 7209 AASPE CNRS/MNHN (veronique.zech@mnhn.fr)

Exemple de questions liant économie et paysages, dans le cadre de l’archéologie des espaces ruraux antiques. Lepetz et Zech-Matterne 2018, Gallia Rustica II.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search