Rapport d’activités 2018-2021 et demande de renouvellement 2022-2025

Créé en 2014 avec le soutien du CNRS-INEE, de l’INRAP et du MNHN, le GDR BioarchéoDat s’est fixé comme principal objectif la structuration du réseau interinstitutionnel des archéozoologues et archéobotanistes. Il fédère environ 260 scientifiques (statutaires, doctorants et post-doctorants), 24 unités de recherche conventionnées (23 Unités Mixtes de Recherche et 1 Unité Mixte de Service), 27 partenaires institutionnels (CNRS, MNHN, Inrap, Ministère de la Culture, Universités et des chercheurs en bioarchéologie travaillant dans les collectivités territoriales, les associations et les opérateurs privés de l’archéologie préventive qui ont également rejoint le réseau. Ce réseau a plus que jamais contribué à structurer une communauté dynamique sur des bases solides : en oeuvrant à soutenir la création de projets collaboratifs interdisciplinaires, à une meilleure harmonisation des méthodes d’analyse, des terminologies, des pratiques, à une diffusion des savoirs et des compétences (formations). L’activité a continué à s’organiser autour de quatre opérations : formation et bases de données, méthodes, synthèses régionales et recherches thématiques. La création et l’animation d’un site Web, d’une page Facebook qui relaient les activités du GDR, l’organisation d’un séminaire scientifique et technique consacré aux minimums méthodologiques et l’implication d’une partie importante de la communauté dans la redéfinition des nouveaux axes de la Programmation nationale de la recherche archéologique du Ministère de la Culture lui confèrent aujourd’hui une visibilité renforcée. Le bilan particulièrement riche de ces 4 dernières années est l’illustration parlante de l’efficacité d’une structure, au fonctionnement relativement souple, et particulièrement résiliente face aux profondes turbulences et réaménagements nécessaires du fait de la crise sanitaire. Le bilan est riche de 120 ateliers qui ont pu fonctionner durant les 4 dernières années, suscitant près d’une cinquantaine de réunions de travail ou tables rondes. Le GDR a permis et soutenu la production de 7 ouvrages collectifs, 31 articles dans des revues à comité de lecture, 63 présentations à des colloques internationaux ou nationaux, 5 bases de données et/ou SIG et une trentaine dessins vectorisés à large usage technique.

Les forces et les faiblesses de ce bilan sont analysées et, à la demande du conseil scientifique et du conseil de groupement du GDR, un projet de renouvellement pour 2022-25 est présenté. Il se caractérise par un changement de direction, par le soutien et la valorisation des actions engagées en faveur de sa visibilité, la confortation du rôle des ateliers à fonctionner comme des pépinières de projets appelés à évoluer sur d’autres supports de financement (ANR, projets européens), le renforcement du rôle intégrateur de ce dispositif par son ouverture à des approches méthodologiques en plein développement comme l’intelligence artificielle, ou encore faiblement représentées comme l’ADN ancien/sédimentaire, les approches de morphométrie géométrique, isotopiques et multi-paramètres, la modélisation, la paléoécologie sans oublier une ouverture vers l’ethnoarchéologie et les approches culturelles.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search