The Archaeobotanical Puzzle: (Dis)Integrating Botanical Proxies to Better Comprehend Past Plant-People Interactions

Session #374 de la 28e réunion annuelle de l’EAA à Budapest (31 août-3 septembre 2022), organisée par Isabelle Théry-Parisot, Rosa Maria Albert et Frank Neumann. Propositions à, soumettre jusqu’au 10 février via le site web de l’EAA : https://eaa.klinkhamergroup.com/eaa2022/

Résumé

L’étude des restes végétaux collectés dans des gisements archéologiques fournit des informations sur les stratégies de subsistance, les technologies et les comportements des populations passées, les environnements passés et les changements de végétation. Cependant, cela ne peut se faire qu’après avoir surmonté des défis importants qui peuvent avoir un impact sur la façon dont les stratégies d’utilisation et de cueillette des plantes du passé sont examinées et interprétées.

Le premier de ces défis concerne l’origine des différents restes botaniques trouvés dans les sites archéologiques, qui peut être naturelle (croissance in situ ; transport de plantes ou de restes de plantes par des animaux, le vent ou l’eau) ou induite par l’homme (introduite par les habitants du site intentionnellement ou accidentellement). La deuxième se réfère à leur préservation après le dépôt, puisque divers environnements de dépôt et processus taphonomiques peuvent affecter les divers restes végétaux de différentes manières. Le troisième est lié aux informations qui peuvent être obtenues à partir de ces restes végétaux, qui sont étroitement liées à leur identification taxonomique et anatomique, et donc intrinsèques à chaque discipline. La quatrième et dernière concerne les facteurs déclenchant les activités de collecte de plantes, qui peuvent être associés aux préférences et actions humaines (collecte opportuniste ou ciblée) ou naturels, dépendant ainsi de la disponibilité et de l’abondance dans les milieux environnants, donc influencés par les changements climatiques.

La session vise à réunir des chercheurs travaillant dans différentes disciplines archéobotaniques pour discuter des facteurs régissant la taphonomie des plantes, les utilisations des plantes par les populations et les paléoenvironnements. Nous recherchons spécifiquement des études de cas qui abordent les défis de l’intégration des signatures obtenues par une diversité de restes macro- et micro-botaniques, ainsi que ceux que les chercheurs doivent surmonter lorsque la préservation des plantes est faible. Nous sommes également intéressés par les contributions d’études qui discutent des forces et des faiblesses des données proxy, et des moyens de surmonter ces dernières pour mieux contribuer à l’étude des sociétés passées et du comportement humain. Les contributions concernant différentes régions et chronologies sont les bienvenues.

Contacts


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search