ArkaeoAG – Histoire, origine et diffusion de l’agriculture : nouvelles preuves de l’archaeobotanie et de la paléogénomique

Projet financé par l’ANR / Axe de recherche 4 du CNRA : Mésolithisations, néolithisations, chalcolithisations

Membres

  • Coordinateur : Jérôme Salse (INRAE)
  • Coordinateur Inrap : Manon Cabanis (UMR 6042 GEOLAB)
  • Participants : Julian Wiethold (Inrap), Muriel Gandelin (Inrap), Caroline Pont (INRAE), Cécile Huneau (INRAE), Ludovic Orlando (UMR 5288 AMIS), Xavier Mata (UMR 5288 AMIS), Margareta Tengberg (UMR 7209 AASPE), Véronique Zech-Matterne (UMR 7209 AASPE), Caroline Schaal (GeoArchEon, UMR 6249 Chrono-environnement), Gudrun Bornette (UMR 6249 Chrono-environnement)Année(s) : 2020-2024 (48 mois)

Présentation

ArkaeoAG [ANR-20-CE27-0013] vise à retracer l’origine et l’expansion de l’agriculture pendant l’Holocène en tant que processus majeur dans la structuration socio-économique de la civilisation moderne. Pour atteindre cet objectif, ArkaeoAG fait appel à des spécialistes en paléogénomique, biologie évolutive, archéobotanique, carpologie et paléoécologie pour étudier les restes de blé (Triticum spp.) préservés dans des sédiments.

À partir de 65 sites archéologiques référencés donnant accès à 88 assemblages de grains et de pains de blé provenant de 12 taxons et datant de 9 500 avant J.-C. à 1 500 après J.-C., ArkaeoAG propose, au travers d’approches d’archéobotanique (enquête sur les interactions passées homme-plante, WP1) et de paléogénomique (analyse de l’ADN ancien, WP2) intégrées (WP3), de fournir de nouvelles perspectives sur l’histoire fascinante d’une espèce végétale – le blé – qui, depuis son origine dans le Croissant fertile au début du Néolithique, s’est propagée avec les communautés humaines sur tous les continents pour devenir la principale culture céréalière dans le monde, comprenant aujourd’hui plusieurs milliers de variétés modernes enregistrées adaptées à un large éventail d’environnements et d’utilisations humaines. Les différents centres d’origine mais aussi les voies de contacts, de migrations ou d’échanges entre agriculteurs fondateurs, indépendants et disséminés en Europe, tous ces événements historiques seront retracés par les recherches archéologiques et d’ADN ancien sur des restes de blé couvrant les 10 000 dernières années.

ArkaeoAG vise à :

  • reconstruire les étapes micro-évolutives de la domestication du blé (origine et expansion) héritées de l’histoire de la population humaine (migration, mélange, culture et sélection) ;
  • caractériser des allèles intermédiaires ou éteints de gènes liés aux traits agronomiques offrant une diversité allélique aujourd’hui perdue à utiliser pour repenser les futurs schémas de sélection variétale.

Les différentes approches (archéologie, archéobotanie, paléogénomique) fourniront des preuves complémentaires de parenté des blés anciens entre différents sites géographiques et différentes époques qui seront utilisées comme proxy pour reconstruire l’histoire de la culture du blé et évaluer dans quelle mesure elle reflétait celle des populations humaines.

Globalement, en plus d’être emblématique du patrimoine français reconnu internationalement par sa “culture” du pain, le blé est une culture modèle pour laquelle la reconstitution en profondeur des étapes micro-évolutives de sa domestication renseigne précisément sur l’histoire de la population humaine (origines, contacts, mouvements).

ArkaeoAG fournira enfin des ressources, à partir des blés anciens étudiés, d’un intérêt majeur pour repenser les futurs programmes de sélection dans le contexte d’une agriculture durable.

Présentation du projet sur le site de l’ANR : https://anr.fr/Projet-ANR-20-CE27-0013

Partenaires


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search