Présentation de l’expérimentation d’agriculture de type néolithique menée à l’archéosite du parc de la Haute-Île (Neuilly-sur-Marne, France)

Salavert A., Toulemonde F., Auray R., Hoerni C., Huirorel G., Lafarge I. (2022) ‒ Présentation de l’expérimentation d’agriculture de type néolithique menée à l’archéosite du parc de la Haute-Île (Neuilly-sur-Marne, France) : mise en œuvre et résultats des cultures céréalières/ Presentation of the Neolithic-type agriculture experiment of the « parc de la Haute-Île » (Neuilly-sur-Marne, France): implementation and first results from the cereal plots, Bulletin de la Société préhistorique française, 119, 1, p. 49‑76.

http://www.prehistoire.org/515_p_57280/bulletin-de-la-spf-2022-tome-119.html

Produits des récoltes de l’année test (2017-2018). A. Salavert.

Résumé

L’expérimentation agricole menée dans le parc de la Haute-Île (Département de la Seine-Saint-Denis) pendant trois années agricoles (2017-2020) a pour objectif de tester un système agricole de type néolithique (5500-4900 avant notre ère) impliquant un travail du sol minimal et un taux de fertilisation faible. Cet article présente la mise en œuvre de l’expérimentation et une analyse préliminaire des résultats concernant les rendements céréaliers et les relevés des cortèges d’adventices. L’amidonnier et l’engrain se sont montrés généralement compétitifs face aux plantes adventices herbacées. Les parcelles semées à l’automne avec la technique du sillon ont permis de récolter en moyenne 1350 kg/ha (ratio 1:15) d’engrain et 900 kg/ha (ratio 1:8,5) d’amidonnier. Cette moyenne est à nuancer en raison de la variabilité interannuelle des rendements pour les deux céréales. Néanmoins, le rendement est toujours supérieur à 1:10 pour l’engrain et en général inférieur à 1:10 pour l’amidonnier. Ainsi, contrairement aux données agronomiques qui indiquent que l’engrain est moins productif que l’amidonnier, l’expérimentation indique que certaines variétés d’engrain peuvent être plus performantes que celles d’amidonnier en culture d’hiver, plusieurs années consécutives, sous un système agraire engageant un très faible apport organique et un faible investissement humain. La flore adventice relevée sur les parcelles est dominée par les plantes vivaces probablement en raison de la faible intensité du travail du sol et de la courte durée de l’expérimentation. La majorité des taxons trouvé dans le lot de stock d’engrain (récolte traitée par battage puis vannage) provient de la prairie environnante. Les adventices résiduelles y représentent seulement un quart de la diversité enregistrée sur les parcelles et sont majoritairement des annuelles d’hiver ce qui ne correspond pas au ratio vivace/annuelle enregistré sur les parcelles.

Mots clés : Néolithique, Europe tempérée, expérimentation, blé vêtu, système agricole, adventice, rendement céréalier.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search