Effondrements et ruptures : 147ème Congrès des Sociétés Historiques et Scientifiques (22-26 mai 2023)

Le congrès sera accueilli par l’université Jean-Jaurès (UT2J), Campus Mirail, 5 allée Antonio Machado 31058 Toulouse cedex 9. Il est organisé par la section de Préhistoire et de Protohistoire du CTHS, sous la direction scientifique de Sandrine Costamagno. L’inscription des propositions de communication sera possible jusqu’au 1er novembre 2022. Pour en savoir plus : https://cths.fr/co/congres.php

En archéologie, le concept d’effondrement fait référence à la fin relativement rapide des sociétés, à la simplification des systèmes politiques et sociaux, au changement des cadres urbains, à la redistribution de la population dans le territoire et aux changements d’idéologie rendus visibles dans l’architecture et les arts. Les données archéologiques toujours plus nombreuses, le degré de résolution de plus en plus fin des événements et la multitude de nouvelles approches permettent de dégager des scénarios toujours plus élaborés. Cette thématique permet aussi de questionner la précarité des constructions politiques, économiques ou encore idéologiques dans le passé. Les phénomènes d’effondrement au niveau de collectivités plus réduites comme les bassins d’emploi, les terroirs et les villes ou encore l’effondrement de certains secteurs industriels avec la mise en regard des politiques d’accompagnement ou de relance plus ou moins efficaces peuvent aussi être interrogés. Face à la notion d’effondrement, la notion de rupture repose sur des exemples de clivage temporel dans l’histoire des sociétés humaines. La rupture marque l’avant et l’après d’un évènement, souvent de niveau critique et quelle que soit sa nature. Elle mobilise fréquemment le concept de révolution. La révolution française a provoqué l’effondrement des ordres d’Ancien Régime. L’affaiblissement actuel de certains états voit des recompositions brutales des entités nationales. Ces ruptures sont parfois déclenchées ou précipitées par des événements externes aux sociétés, tels que des catastrophes naturelles ou épidémiologiques. Ainsi, ce concept de rupture offre une bonne grille de lecture pour discuter des capacités de résilience et d’adaptation des sociétés humaines face aux risques d’effondrements […]

Deux sessions en particulier qui sont susceptibles d’intéresser la communauté des bioarchéologues.

Session « Surexploitation et pénurie des ressources naturelles : quels impacts sur les sociétés ? Adaptations, résilience, déclins. Exemples passés et actuels »

Anna Baudry, Sandrine Costamagno, Claire Delhon, Catherine Dupont, Jean-Claude Raynal

La surexploitation des ressources naturelles à l’échelle planétaire est un problème de plus en plus alarmant du fait des besoins accrus de la population mondiale en lien avec la croissance démographique mais également l’adoption du mode de vie consumériste occidental un peu partout dans le monde. Combustibles fossiles, métaux rares, sable, forêts, ressources marines, aucune ressource n’est épargnée. Pour certaines d’entre elles (eau, ressources alimentaires…), s’ajoutent les impacts néfastes des changements climatiques en cours. En sciences de l’environnement, le processus d’effondrement est décrit lorsqu’une population prélève ou pollue durablement des ressources de son environnement plus vite que celles-ci ne se renouvellent. Les capacités régénératives en sont alors affectées. L’effondrement de type « dépassement et érosion de biocapacité » peut non seulement conduire à l’effondrement de l’environnement mais également à celui de la population qui érode. Les risques d’effondrement, notamment en écologie et en climatologie, renvoient fréquemment à des problématiques sur les changements locaux et globaux et les limites planétaires qui pourront être illustrés via différentes études de cas dans le cadre de cette session. Ces risques sont liés aux actions et rétroactions présentes entre tous les éléments du socioécosystème. Il s’agit de comprendre en quoi les actions et rétroactions influencent les interactions Homme/milieux et leurs dynamiques. Une ouverture sur la capacité de résilience écologique des milieux anthropisés ayant subi un effondrement et la compréhension de tels phénomènes par des approches interdisciplinaires, et/ou en écologie globale pourraient être riches d’enseignements.

Si la crise actuelle à laquelle doit faire face l’humanité est planétaire et sans communes mesures avec les crises antérieures, il n’en reste pas moins que les sociétés humaines du passé ont été aussi touchées par la raréfaction voire la disparition de certaines ressources pouvant conduire à l’adoption de nouveaux modes de vie, à l’abandon de territoires, voire à l’effondrement de certaines civilisations. Les facteurs responsables et l’impact réel de la raréfaction des ressources sur les sociétés humaines constituent des enjeux majeurs pour les sciences historiques et préhistoriques comme l’attestent les débats autour des exemples emblématiques du déclin de la civilisation Rapa Nui sur l’île de Pâques ou encore l’abandon du Groenland par les colonies vikings, pour lesquels plusieurs hypothèses sont encore avancées. Un des objectifs de cette session, qui porte sur l’ensemble des ressources
naturelles (minérales, animales et végétales, eau, sol) exploitées par les populations humaines de la Préhistoire à nos jours, est de mieux appréhender la responsabilité humaine dans la raréfaction de certaines ressources. En d’autres termes, quand peut-on réellement parler de surexploitation ou de dépassement de l’empreinte écologique et jusqu’où a-t-elle pu aller dans le passé : disparition de certaines espèces, exploitation jusqu’à l’exhaustion de certaines ressources minières, pertes de services écologiques, etc.

Lors de la colonisation des îles du Pacifique par les Lapita, les données archéologiques, archéozoologiques et isotopiques convergent pour une surexploitation des animaux marins, conduisant les générations suivantes à adopter un régime alimentaire exclusivement centré sur des ressources terrestres, notamment les végétaux avec la mise en place de pratiques horticoles. Cet exemple illustre un processus d’adaptation mis en place par ces groupes humains. Mais, ces processus peuvent être pluriels et partagés entre l’adoption de nouvelles pratiques, qu’il s’agisse de l’exploitation d’autres ressources naturelles, de développements techniques pour chercher les richesses naturelles convoitées ailleurs (plus loin, plus profond), comme celle du développement de pratiques innovantes de domestication d’espèces animales ou végétales. À partir d’exemples passés, qui ont jalonné l’histoire de notre humanité, et d’exemples de sociétés actuelles, il s’agira d’aborder la diversité des réponses apportées par les populations humaines pour assurer leur pérennité, et d’identifier les mécanismes qui ont conduit/conduisent les groupes humains à choisir entre la modification de leur rapport à leur environnement (innovation culturelle/technique, économie de marché, réseaux d’approvisionnement) et la mobilité/migration vers d’autres environnements plus favorables à l’acquisition de ressources naturelles. Les conséquences économiques, sociales et politiques induites par la pénurie des ressources, que ce soit dans le passé et dans l’actuel, sont également des thématiques qui pourront être abordées lors de cette session que nous souhaitons la plus large d’un point de vue chronologique et disciplinaire.

Session « Effondrements et ruptures dans l’histoire du monde vivant : les extinctions d’espèces et leurs interprétations »

Éric Buffetaut

La mise en évidence du phénomène d’extinction des espèces animales et végétales, notamment par Georges Cuvier dans les dernières années du
XVIIIe siècle, a été en quelque sorte l’acte fondateur de la paléontologie en tant que science. Ce phénomène a ensuite joué un rôle considérable dans la genèse du darwinisme. Il reste aujourd’hui au cœur des préoccupations de nombreux paléontologues, en particulier depuis la découverte en 1980 de l’impact météoritique de la fin du Crétacé et de son rôle crucial dans la grande vague d’extinctions de cette époque. Le catastrophisme, que l’on croyait abandonné depuis le milieu du XIXe siècle, est ainsi revenu à l’ordre du jour pour expliquer certaines des extinctions en masse du passé géologique, qui correspondent à des effondrements de la biodiversité et à des ruptures dans l’histoire des êtres vivants.

D’autre part, les inquiétudes suscitées par l’érosion actuelle de la biodiversité ont contribué à la naissance du concept de « sixième extinction » provoquée par les activités humaines, et dont le début pourrait remonter à l’effondrement de la mégafaune dans plusieurs régions du globe vers la fin de la dernière période glaciaire. Cette session a pour objectif d’explorer les effondrements de la biodiversité que sont les extinctions d’espèces, les ruptures qu’elles provoquent dans l’histoire du monde vivant, ainsi que l’histoire des idées au sujet de ces phénomènes. Les extinctions d’espèces ayant débuté avec l’apparition de la vie, et continuant aujourd’hui, aucune limite chronologique ne peut être fixée aux contributions. Il est d’ailleurs légitime de s’interroger sur l’opportunité et la validité des comparaisons entre les événements survenus dans le « temps profond » et ceux que nous pouvons constater de nos jours. Pour retourner une phrase bien connue, le passé peut-il être la clé du présent ?

Du point de vue historique et épistémologique, l’étude des idées au sujet des extinctions est un vaste champ d’étude qui a souvent attiré l’attention. La comparaison entre les conceptions catastrophistes des premiers temps de la paléontologie et les idées actuelles sur les extinctions en masse et leurs causes peut être un thème digne d’intérêt. De même, le concept de « sixième extinction » en vogue aujourd’hui mérite d’être analysé dans ses rapports avec les extinctions plus anciennes, antérieures à l’apparition des humains, et du point de vue de la façon dont il est présenté à la communauté scientifique et au public dans un contexte d’inquiétude face à la destruction de la nature.

Cette session s’adresse donc à plusieurs groupes de chercheurs : 1) les paléontologues, géologues et biologistes intéressés par les extinctions
en tant que telles, leurs causes, leurs modalités et leurs effets et 2) les historiens des sciences et les épistémologistes intéressés par l’évolution des conceptions au sujet des extinctions d’espèces.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search