Le logis des animaux : mise en évidence archéologique (24-25-11/2022)

Table ronde organisée par Jean-Yves Dufour (Inrap) et Christophe Petit (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) les 24 et 25 novembre 2022, à la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (salle RDJ1), Nanterre (Île-de-France). Soutenue par l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne (École Doctorale ED112), l’UMR 7041 ArScAn (équipe “Archéologies environnementales”, thème partagé ANIMA) et l’Inrap.

Intérieur de ferme : en avant, l’étable, au fond, le logis (Bretagne). Carte postale Neurdein Frères.

Sortie des grottes bergeries, appréhendées de longue date par les études paléoenvironnementales, la recherche archéologique sur le logement animal souffre d’imprécisions. Les bâtiments qui sont assignés à cette fonction sont trop souvent qualifiés d’annexes agricoles au sens large, de bâtiments d’élevage, sans que les arguments soient clairement explicités. Sauf cas exceptionnels (incendies…) les lieux de vie et d’inhumation des animaux diffèrent. Les bâtiments de stabulation sont nécessaires dans les fermes, villages, et les villes. Écuries, étables à bovins, poulaillers et toits à porcs sont logiquement partout, encore faut-il apprendre à les percevoir.

Cette table-ronde se propose de faire le point sur les méthodes développées avec plus ou moins de succès depuis 15 ans par les archéologues, pour tenter de reconnaître et de justifier le logement animal utilisé depuis sa domestication, il y a plusieurs millénaires. La pluridisciplinarité est de mise.

Le logement des principaux bestiaux de la ferme est le cœur de cette rencontre, mais d’autres logis animaux (volières, chenil, étangs, ménageries, grottes…) peuvent retenir l’attention.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search