Consommer et produire dans le monde rural du Midi de la France au Moyen Age

Appel à communications pour cette deuxième journée d’étude qui se tiendra Maison de la Recherche, Toulouse, le jeudi 30 mars 2023. Date limite de soumission des propositions : vendredi 20 janvier 2023.

Argumentaire

L’économie de l’Occident médiéval, bien qu’animée au gré du développement des réseaux commerciaux et de la vitalité des villes, ne cesse de reposer sur les productions du monde agro-pastoral. La diversité de ces biens acquis ou transformés (faune et flore sauvages, plantes cultivées, produits de l’élevage, minéraux…) dépend de l’adaptation des sociétés rurales à leur environnement, des réseaux d’échanges qui les animent, ainsi que de leurs stratégies d’aménagement des territoires. Leurs évolutions au fil du Moyen Âge témoignent du dynamisme et de la polyvalence d’une paysannerie agricultrice, éleveuse, bûcheronne ou encore mineuse de matières premières et consommables indispensables à la structuration du monde rural, mais aussi à la survie des sphères alimentaires et artisanales urbaines.

La recherche archéologique et historique autour des relations entre sociétés médiévales et environnement a connu par le passé un fort engouement. Par une analyse croisée de l’état d’expansion des terres cultivées, de la démographie des sociétés rurales, ainsi que de leur niveau de développement technique, ces travaux ont accru notre compréhension de l’exploitation agro-pastorale médiévale (Bois, 1990). Le caractère dynamique et la plasticité des structures sociales qui ont pu être décelés au fil de ces études ont remis en cause les clichés historiographiques d’une économie rurale refermée sur elle-même ou figée dans des contraintes domaniales héritées de l’Antiquité tardive (Devroey, 2006).

Toutefois, l’état de nos connaissances sur les pratiques de consommation et de production de ces sociétés rurales demeure encore à ce jour bien lacunaire. Depuis une quinzaine d’années, l’archéologie préventive a accumulé une masse considérable de données relatives aux formes de l’habitat rural, à la diversité de ses activités ainsi qu’aux interactions entre sa population et le terroir environnant. Dans le même temps, historiens et historiens des arts ont, à l’aune des problématiques écologiques actuelles, accompli une relecture des visions et attentes des populations de l’Occident médiéval vis-à-vis de leurs environnements et plus largement de la nature (Mouthon, 2017). Enfin, le développement de la bioarchéologie, au travers de méthodes novatrices, a permis de mettre en lumière des pans entiers de l’histoire des campagnes médiévales jusqu’alors inaccessibles par les sources traditionnelles (e.g. Forest et Rodet-Belarbi, 2011 ; Ros 2020).

La création d’un espace de dialogue entre archéologues, historiens et historiens de l’art du monde rural est indispensable à la mise en concordance de tous ces savoirs. A la suite d’une première édition ayant permis en 2018 la rencontre d’archéobiologistes, archéologues du bâti et historiens autour du thème de l’économie de la sphère agro-pastorale, cette deuxième rencontre se veut une opportunité de croiser l’ensemble des récents travaux ayant permis d’appréhender les formes des paysages ruraux du Midi médiéval, ainsi que les modes de son exploitation par les sociétés humaines. De tels échanges, autour des nouvelles découvertes et récentes avancées des sciences humaines, constitueront la base d’un socle programmatique pour une recherche renouvelée sur l’évolution du monde paysan au cours des temps historiques.

Coordination scientifique

C. Mureau (UMR 5554 ISEM, Montpellier), C. Puig (UMR 5608 TRACES, Toulouse), J. Ros (UMR 5554 ISEM, Montpellier), C. Vaschalde (UMR 7298 LA3M, Aix-en-Provence)



Citer ce billet
Carine Carpentier (2023, 10 janvier). Consommer et produire dans le monde rural du Midi de la France au Moyen Age. GDR 3644 Bioarcheodat. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0z5

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search