Fumier, bouses et guano : ordures ou or brun ? – 44èmes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur

Organisées du 15 au 17 octobre 2024 par Claire Delhon (CEPAM, Nice), Lionel Gourichon (CEPAM, Nice), Lucie Martin (Université de Genève & Edytem, Chambéry) avec l’appui du CEPAM, du Service Archéologie Nice Côte d’Azur (SANCA) et de l’Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques (APDCA).

Programme prévisionnel sur le site du CEPAM
Inscriptions sur Azur Colloque

Fumier, purin, fientes, bouses, crottes… Dans les sociétés urbanisées modernes, ces mots évoquent des déchets dégoûtants, qu’il est incongru et plutôt désagréable d’avoir à côtoyer, si ce n’est ponctuellement lors de parties de campagne…
Pourtant, nombreux sont celles et ceux qui vivent au contact de ces produits liés pour la plupart à l’économie pastorale et le crottin faisait encore partie du quotidien des citadins avant l’avènement des véhicules automobiles ! Plus encore, les déjections animales ne sont pas un simple sous-produit de l’élevage, mais souvent une production en soi, transformable, valorisable, recyclable et commercialisable.
À l’heure où il s’agit de limiter les intrants pétrochimiques, la fumure animale redevient un composant clef des systèmes agropastoraux, mais ce n’est pas le seul usage. Alors que tas de fumiers et fosses à purin sont souvent dissimulés dans des zones peu fréquentées par nos sociétés hygiénistes, d’autres populations trouvent dans les bouses et crottin une matière première dont elles exploitent les propriétés plastiques, isolantes ou combustibles, voire esthétiques. Les excréments des animaux familiers, mais aussi d’espèces sauvages, sont même des ingrédients précieux de certaines pharmacopées.
Dans le domaine de la bioarchéologie, les fumiers fossiles et autres coprolithes – dont on retrouve les traces macro- et microscopiques –  sont une mine d’informations sur les environnements et les modes de vie du passé. Les sédiments d’origine coprogènes comme objets d’étude bénéficient du perfectionnement constant des méthodes analytiques issues des sciences naturelles et physico-chimiques, permettant de mieux définir leur composition, leur nature, leur origine et leur usage. Plus largement, l’analyse des déjections animales fournit des données environnementales et climatiques d’une valeur sous-estimée.
Entre nuisance et ressource, risque sanitaire et remède, pollution et engrais, ordure et or brun, les déjections animales ont nourri des représentations paradoxales, un symbolisme riche, et des conflits fréquents.
Les 44èmes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur se proposent d’explorer les différents aspects de l’usage et de la gestion de ces matières, des risques et désagréments qu’elles génèrent mais aussi de la fertilité qu’elles engendrent, au travers de six thématiques, détaillées dans cette 1ère circulaire.
1/ De la bergerie aux champs : fumier, lisier et purin dans les systèmes agro-pastoraux
Mots-clefs : élevage, domestication, agriculture, fumure, fourrage, pâturage, exploitation du territoire, commerce
2/ Tas de fumier et fosse à purin : aspects techniques de la collecte, du traitement et de la valorisation des déchets d’origine animale
Mots-clefs : structures, stockage, chaînes opératoires
3/ Santé humaine et animale
Mots-clefs : hygiène, prophylaxie, parasites, épidémies, zoonoses
4/ Le déchet comme matière première
Mots-clefs : combustible, matériau, ingrédients, construction, artisanat, industrie, pharmacopée
5/ Perception et représentation des déjections animales
Mots-clefs : textes, images, villes et campagnes, odeur, ressource, déchet, nuisance, pollution, conflits, symbolique
6/ Les matières fécales fossiles, de précieuses archives paléoenvironnementales
Mots-clefs : pollen, phytolithes, spores de champignons coprophiles, géochimie, -omiques, paléoparasitologie, coprolithes, phosphates, coprocœnose, alimentation, taphonomie, climat, environnement

Comité scientifique

  • Fabien Blanc-Garidel, SANCA, Nice, France
  • Giovanni Boschian, Université de Pise, Italie
  • Emmanuel Desclaux, CEPAM/Grotte du Lazaret, Nice
  • Claire Delhon, CEPAM, Nice
  • David Etienne, CARRTEL, Chambéry
  • Lionel Gourichon, CEPAM, Nice
  • Jérémie Jacob, LSCE, Saclay
  • Matthieu Le Bailly, Chrono-environnement, Besançon
  • Cédric Lepère, CEPAM/EVEHA, Nice
  • Joséphine Lesur, AASPE, Paris
  • Lucie Martin, Université de Genève, Suisse / Edytem, Chambéry
  • Erwan Messager, Edytem, Chambéry
  • Pierre-Yves Nicod, Université de Genève, Suisse
  • Nicolas Poirier, TRACES, Toulouse
  • Marta Portillo, CSIC/Institut Milà i Fontanals, Barcelone, Espagne
  • Bertrand Roussel, Musées d’Archéologie de Nice
  • Dominique Sordoillet, Chrono-environnement / Inrap, Besançon
  • Arnaud Zucker, CEPAM, Nice


Citer ce billet
Inrap (2024, 28 mai). Fumier, bouses et guano : ordures ou or brun ? – 44èmes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur. GDR 3644 Bioarcheodat. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvsw

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search