Catégorie : Publications

La dendrochronologie : potentialités et nouveaux enjeux pour l’archéologie

La dendrochronologie, méthode de datation qui étudie la variation des largeurs de cernes de croissance des arbres, est habituellement utilisée en archéologie pour obtenir une datation absolue. Le dialogue et le partage de données entre les différents acteurs de la discipline sont nécessaires afin de fiabiliser les résultats. L’analyse des bois archéologiques ne se limite toutefois pas à cette seule datation et de nouvelles approches voient le jour permettant l’émergence de nouveaux champs de recherche et le comblement des espaces et des chronologies encore lacunaires.

L’usage des ressources animales au Néolithique en Mittelelbe-Saale (Allemagne centrale): la faune des enceintes de Wallendorf « Hutberg » et Salzmünde « Schiepzig » dans leur contexte régional

La région du Middle Elbe-Saale a été colonisée par diverses cultures agricoles primitives entre 4200 et 2800 avant J.-C. Afin d’enregistrer la diversité culturelle et le développement de l’utilisation des animaux, les restes de la faune des deux sites importants de Wallendorf “Hutberg” et de Salzmünde “Schiepzig” ont été examinés et comparés à 29 sites publiés. Au total, plus de 33 000 restes d’animaux ont été évalués statistiquement à l’aide de méthodes archéozoologiques. Il est démontré que la production alimentaire était principalement basée sur l’élevage de bovins et que certains sites montraient une spécialisation dans les espèces animales et les produits animaux utilisés. En outre, des pratiques symboliques démontrent l’appréciation particulière de certains animaux et donc une relation unique avec les humains.

De l’utilisation de la bioarchéologie pour la compréhension des architectures funéraires dans les sépultures médiévales

La compréhension de l’architecture funéraire a fait d’immenses progrès grâce au développement de la thanato-archéologie. L’étude de la taphonomie de la tombe permet d’appréhender une petite partie du processus funéraire tel que son aménagement interne. Cependant, un certain nombre de faits nous sont totalement invisibles sans un recours à d’autres sciences. Ainsi, quinze années de travaux menés en Champagne-Ardenne ont permis de révéler que, de façon récurrente, les squelettes retrouvés dans les tombes médiévales (principalement du haut Moyen-Âge, mais également du bas Moyen-Âge) ne reposent pas sur le fond de la fosse mais sur une dizaine de centimètres de sédiment.

Archéobios : Archives biologiques et biomatériaux en contexte archéologique

L’école thématique Archéobios a été conçue comme un trait d’union entre les archéologues et les spécialistes, souvent absents sur le terrain. Les restes biologiques sont des archives archéologiques au fort potentiel informatif dont les traces sont parfois ténues et fragiles. Leur étude répond à des exigences d’échantillonnage, de prélèvement, de conservation spécifiques à chaque matériau, et à des problématiques précises. Si les gestes lors des fouilles sont une étape déterminante pour leur analyse, les contingences logistiques imposées aux responsables d’opérations, particulièrement en archéologie préventive, peuvent être parfois préjudiciables au potentiel des études.

Le rapport d’analyse carpologique : exposé des minimums méthodologiques communs attendus par la communauté archéologique (carpologues, responsables d’opérations, services de l’État)

La carpologie, initiée en France il y a 50 ans, s’est considérablement développée en grande partie grâce à l’augmentation des opérations d’archéologie préventive. La hausse sensible du nombre de carpologues, l’accroissement des études qui en résulte et la multiplication des cadres institutionnels, publics ou privés, dans lesquels les études carpologiques sont réalisées, ont rendu nécessaire une réflexion collective sur les minimums méthodologiques devant apparaître dans les rapports d’études carpologiques.

Vertébrés : un projet d’atlas ostéologique dématérialisé

L’application Vertébrés est le fruit d’une collaboration entre le laboratoire CNRS Archimède UMR 7044, Archéologie Alsace et Laetoli Production. Elle est développée, entre autres, dans le cadre d’un projet Idex 2018 de l’Université de Strasbourg. Il s’agit d’un atlas d’ostéologie interactif permettant de manipuler, comparer et mesurer de véritables spécimens numérisés en 3D. Vertébrés s’adresse plus particulièrement à un public de chercheurs et d’étudiants mais également à un public plus large (enseignants, élèves, musées, amateurs…). L’application est accessible en ligne, gratuitement, sur simple inscription. Elle comprend aujourd’hui plus de 2 000 ossements numérisés appartenant à 13 spécimens. Son usage est fluide et intuitif et ne nécessite pas de connaissances informatiques particulières.

La bioarchéologie en France : état des lieux, enjeux et perspectives

La bioarchéologie est l’étude des vestiges biologiques recueillis dans le cadre de fouilles archéologiques tels que les restes végétaux et animaux, mais aussi leurs composants physico-chimiques, génétiques et les traces de substances organiques (lait, graisses, cires…). Elle regroupe un très large éventail d’approches et de disciplines : archéozoologie, archéobotanique, analyses chimiques, isotopiques ou moléculaires, menées à des échelles très diverses et envisagées de façon croisée. Son évolution récente est marquée par un important renouvellement tant au niveau des outils et techniques que des méthodes. Ainsi, les données bioarchéologiques peuvent être intégrées aux grandes problématiques anthropologiques : reconstitution des environnements et de la biodiversité du passé, restitution des pratiques agricoles et pastorales et compréhension des relations entre les sociétés et leur environnement.

L’animal : un objet d’étude – Actes du 141e Congrès du CTHS

Homo animal est : l’être humain appartient lui-même au règne animal, mais il est le seul à projeter sur les autres membres de ce vaste ensemble un regard analytique. Prendre l’animal comme objet d’étude, c’est le propre de l’homme. « Chez absolument tous il y a quelque chose de naturel, c’est-à-dire de beau » : Aristote, s’apprêtant à détailler les Parties des animaux, prévient son lecteur que les animaux les plus répugnants méritent eux aussi l’attention du scientifique, car ils témoignent des règles auxquelles se conforme la nature, que le philosophe a à cœur de percer. Cette longue tradition d’étude du monde animal, renouvelée aujourd’hui par les découvertes sur le génome, a pris de multiples formes au travers des âges ; mais elle a toujours suscité d’amples questionnements, non seulement sur la nature des animaux eux-mêmes, mais aussi, plus largement, sur leur place dans le monde et, en retour, sur celle de l’homme lui-même.

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire (édition électronique)

Les dix-neuf textes que comporte ce volume sont issus du colloque organisé dans le cadre du 141ème Congrès du CTHS « L’animal et l’homme » qui s’est déroulé à Rouen du 11 au 16 avril 2016. Proposé par la section préhistoire et protohistoire du CTHS, ce colloque avait pour objectif d’aborder les relations Homme/Animal sous ses multiples facettes, depuis le Paléolithique jusqu’à l’âge du Fer.

Archéozoologies. L’archéozoologie, entre homogénéisation des pratiques et innovations techniques

Les vestiges bioarchéologiques, qu’ils appartiennent au monde animal ou végétal, et qu’ils soient visibles ou difficilement perceptibles lors de la fouille, offrent à l’archéologue un potentiel informatif considérable. Parmi eux, les restes animaux et plus particulièrement les ossements des mammifères et des oiseaux constituent, du fait de leur forte visibilité, le mobilier le plus anciennement et fréquemment étudié.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search