Archive du mois : février 2019

Allocations post-doctorales de la fondation Fyssen

La FONDATION FYSSEN a pour objectif “de promouvoir sous toutes ses formes l’analyse scientifique des mécanismes logiques du comportement chez les êtres vivants ainsi que leur développement ontogénétique et phylogénétique”. Elle attribue un certain...

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire (édition électronique)

Les dix-neuf textes que comporte ce volume sont issus du colloque organisé dans le cadre du 141ème Congrès du CTHS « L’animal et l’homme » qui s’est déroulé à Rouen du 11 au 16 avril 2016. Proposé par la section préhistoire et protohistoire du CTHS, ce colloque avait pour objectif d’aborder les relations Homme/Animal sous ses multiples facettes, depuis le Paléolithique jusqu’à l’âge du Fer.

Archéozoologies. L’archéozoologie, entre homogénéisation des pratiques et innovations techniques

Les vestiges bioarchéologiques, qu’ils appartiennent au monde animal ou végétal, et qu’ils soient visibles ou difficilement perceptibles lors de la fouille, offrent à l’archéologue un potentiel informatif considérable. Parmi eux, les restes animaux et plus particulièrement les ossements des mammifères et des oiseaux constituent, du fait de leur forte visibilité, le mobilier le plus anciennement et fréquemment étudié.

Taphonomie, Environnement et Archéologie

Ce volume de « Taphonomie, Environnement et Archéologie » correspond aux travaux d’un groupement de recherches du CNRS-INEE (GDR 3591) qui a fonctionné entre 2013 et 2016, avec des personnels de plusieurs institutions et laboratoires français, spécialistes dans de nombreuses disciplines et domaines scientifiques, partageant et travaillant sur la période du Quaternaire.

L’Homme facteur d’évolution ? La domestication du chien (8/02/2019)

Le chien est le plus ancien animal domestique connu à ce jour. Ces dernières années, de nouvelles données archéozoologiques, morphométriques et paléogénétiques documentent de façon de plus en plus précise les tout débuts de la domestication du loup, il y a plus de 12 000 ans, à la fin du Paléolithique dans l’hémisphère Nord. Elles documentent l’évolution biologique qui a amené le loup à devenir chien. Peut-on conclure que l’homme est devenu un acteur, voire le principal acteur de l’évolution biologique ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search