Archive du mois : décembre 2020

Archéobios : Archives biologiques et biomatériaux en contexte archéologique

L’école thématique Archéobios a été conçue comme un trait d’union entre les archéologues et les spécialistes, souvent absents sur le terrain. Les restes biologiques sont des archives archéologiques au fort potentiel informatif dont les traces sont parfois ténues et fragiles. Leur étude répond à des exigences d’échantillonnage, de prélèvement, de conservation spécifiques à chaque matériau, et à des problématiques précises. Si les gestes lors des fouilles sont une étape déterminante pour leur analyse, les contingences logistiques imposées aux responsables d’opérations, particulièrement en archéologie préventive, peuvent être parfois préjudiciables au potentiel des études.

Le rapport d’analyse carpologique : exposé des minimums méthodologiques communs attendus par la communauté archéologique (carpologues, responsables d’opérations, services de l’État)

La carpologie, initiée en France il y a 50 ans, s’est considérablement développée en grande partie grâce à l’augmentation des opérations d’archéologie préventive. La hausse sensible du nombre de carpologues, l’accroissement des études qui en résulte et la multiplication des cadres institutionnels, publics ou privés, dans lesquels les études carpologiques sont réalisées, ont rendu nécessaire une réflexion collective sur les minimums méthodologiques devant apparaître dans les rapports d’études carpologiques.

Vertébrés : un projet d’atlas ostéologique dématérialisé

L’application Vertébrés est le fruit d’une collaboration entre le laboratoire CNRS Archimède UMR 7044, Archéologie Alsace et Laetoli Production. Elle est développée, entre autres, dans le cadre d’un projet Idex 2018 de l’Université de Strasbourg. Il s’agit d’un atlas d’ostéologie interactif permettant de manipuler, comparer et mesurer de véritables spécimens numérisés en 3D. Vertébrés s’adresse plus particulièrement à un public de chercheurs et d’étudiants mais également à un public plus large (enseignants, élèves, musées, amateurs…). L’application est accessible en ligne, gratuitement, sur simple inscription. Elle comprend aujourd’hui plus de 2 000 ossements numérisés appartenant à 13 spécimens. Son usage est fluide et intuitif et ne nécessite pas de connaissances informatiques particulières.

La bioarchéologie en France : état des lieux, enjeux et perspectives

La bioarchéologie est l’étude des vestiges biologiques recueillis dans le cadre de fouilles archéologiques tels que les restes végétaux et animaux, mais aussi leurs composants physico-chimiques, génétiques et les traces de substances organiques (lait, graisses, cires…). Elle regroupe un très large éventail d’approches et de disciplines : archéozoologie, archéobotanique, analyses chimiques, isotopiques ou moléculaires, menées à des échelles très diverses et envisagées de façon croisée. Son évolution récente est marquée par un important renouvellement tant au niveau des outils et techniques que des méthodes. Ainsi, les données bioarchéologiques peuvent être intégrées aux grandes problématiques anthropologiques : reconstitution des environnements et de la biodiversité du passé, restitution des pratiques agricoles et pastorales et compréhension des relations entre les sociétés et leur environnement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search