Archéozoologies. L’archéozoologie, entre homogénéisation des pratiques et innovations techniques

Frère (Stéphane) coord., Bayle (Grégory), coord., Vigne (Jean-Denis) coord. – Archéozoologies. Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 148, 2017. 64 p. Mis en ligne le 05 décembre 2017, consulté le 09 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/3690
ISBN 9782735123827

L’ensemble des articles est disponible sur le site des Nouvelles de l’archéologie, en texte intégral.

Les vestiges bioarchéologiques, qu’ils appartiennent au monde animal ou végétal, et qu’ils soient visibles ou difficilement perceptibles lors de la fouille, offrent à l’archéologue un potentiel informatif considérable. Parmi eux, les restes animaux et plus particulièrement les ossements des mammifères et des oiseaux constituent, du fait de leur forte visibilité, le mobilier le plus anciennement et fréquemment étudié.

L’objectif, à travers des exemples choisis, est d’éclairer le lecteur sur quelques avancées méthodologiques récentes destinées à améliorer les outils existants et à les adapter au cadre actuel des recherches, et d’illustrer les potentiels de l’étude des microrestes en contexte anthropisé, qu’il s’agisse des poissons, des invertébrés marins, des mollusques continentaux, des insectes ou encore des parasites. Au-delà de la présentation de quelques exemples, les auteurs livrent un exposé des modalités de prélèvement propres à chacune de leurs spécialités, pour aider les archéologues à anticiper les études et à adapter les échantillons aux perspectives souhaitées.

Sommaire

  • Stéphane Frère, Grégory Bayle et Jean-Denis Vigne – Avant-propos
  • Stéphane Frère et Grégory Bayle – L’étude des ossements animaux en contexte d’archéologie préventive. Vers un minimum méthodologique commun
  • Patrice Méniel – Les dépôts atypiques d’animaux. Fouille, étude et interprétation
  • Marie-Pierre Horard-Herbin, Sébastien Lepetz, Christian Vallet, Benoît Clavel, Jean-Philippe Corbellini et Claude Guintard – Des traces observées aux gestes anthropiques : le projet D. Coupes
  • Benoît Clavel – Un poisson peut en cacher un autre
  • Catherine Dupont – Connaître l’exploitation du littoral par l’Homme à partir des invertébrés marins découverts en contexte archéologique
  • Sophie Martin, Christophe Jorda, Muriel Gandelin, Cécile Jung et Valérie Bel – L’étude des escargots au service de l’archéologie ou l’apport de la malacologie à la compréhension des activités agro-pastorales et des paysages anciens
  • Jean-Bernard Huchet – Insectes et archéologie
  • Matthieu Le Bailly, Céline Maicher et Benjamin Dufour – La paléoparasitologie. Mieux comprendre la vie de nos ancêtres grâce à leurs parasites
  • Morgane Ollivier – Reconstruire et comprendre l’histoire de la domestication du chien grâce à la paléogénétique
  • Colin Duval – La taille du bétail est loin d’être un détail. Lire les paysages économiques et culturels à travers la morphologie animale
  • Caroline Trémeaud – Compte rendu : Pierre-Emmanuel Paris, Au fil de l’os. Économie et société chez les Rèmes et les Suessions par le prisme de l’archéozoologie, Leiden, Sidestone Press Dissertations, 2016

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search