Boissons et préparations alimentaires du Néolithique au Moyen-âge (7-11/10/2019)

École thématique du CNRS avec, au programme : approches de terrain, initiation au laboratoire et expérimentations. Public visé : CNRS , Universitaires, Inrap, Ministère de la Culture, musées et autres opérateurs d’archéologie. Candidatures jusqu’au 15 septembre 2019.

S’alimenter est indispensable à tout organisme vivant mais recouvre aussi, dans les sociétés humaines, de forts caractères culturels. Le vin en est l’exemple emblématique. A tel point que dans le processus d’acculturation(1), la nourriture est la dernière barrière culturelle à s’estomper. Etudier en diachronie(2), certains aspects de l’alimentation, dont les modes de préparation des boissons fermentées (vins, bières qui ont occupé une place primordiale), du pain (aliment de base), ainsi que les ustensiles associés est donc indispensable si l’on veut cerner la vie quotidienne des sociétés anciennes et leur évolution. Or, depuis quelques années les méthodes d’investigation de l’archéologie dans ces domaines, tant analytiques que conceptuelles, se sont profondément renouvelées. Celles-ci s’inscrivent de plus en plus dans le cadre d’une recherche pluridisciplinaire à la charnière des sciences humaines, des sciences de la vie et de la terre et des sciences de la matière. Différentes méthodes performantes, de plus en plus faciles à mettre en oeuvre, restent encore méconnues des archéologues et des historiens qui se heurtent au problème de l’insuffisance des sources. L’apport de nouvelles données leur offre l’opportunité de résoudre certaines problématiques mais aussi d’élargir considérablement leur champ de recherche. Dans ces conditions, il est nécessaire de « ré-initier » les archéologues et les historiens à ces nouveaux outils et méthodologies et de leur permettre de confronter leurs données et leurs expériences aux personnes qui œuvrent dans ces domaines.

Contact et inscription : philippe.marinval@cnrs.fr / laurent.bouby@umontpellier.fr