Fragmentation du bois animal en Préhistoire

Responsables

Céline Bemilli & Nejma Goutas

Participants

GDR : Aline Averbouh, Olivier Bignon-Lau, Myriam Boudadi-Maligne, Marianne Christensen, Jessica Lacarrière, Romain Malgarini, Yolaine Maigrot, Caroline Peschaux, Jose-Miguel Tejero

Participants hors GDR : Jean-Christophe Castel (Muséum de Genève, Département des Vertébrés), François-Xavier Chauvière (Office du patrimoine et de l’archéologie de Neuchâtel, section Archéologie Espace Paul Vouga, Laténium), Bénédicte Voetzel (Inrap, Arscan – équipe Antet).

Objectifs : constitution d’un référentiel taphonomique

Pourquoi ce référentiel ?

La fracturation des matières osseuses en Préhistoire a fait l’objet d’un programme collectif de recherche développée entre 2012 et 2016 (resp. M. Christensen & N. Goutas) au sein de l’équipe ethnologie préhistorique (UMR 7041 – Arcsan) dans le cadre du thème « Ressources animales : acquisition, transformation et consommation ». Ces recherches ont permis de préciser et questionner les modalités de la fracturation de l’os, du bois animal et de la coquille, principalement à des fins techniques (réflexions méthodologiques, épistémologiques, terminologiques, réalisation de nouvelles études et expérimentations). Ce projet a impliqué une quinzaine de participants technologues et archéozoologues (Université, CNRS, Inrap, MCC), dont des doctorants et des post-doctorants. Il a donné lieu en avril 2017 à une séance de la SPF (INHA, Paris). La synthèse de ces travaux, élargie à l’ivoire de mammouth, a été publiée en 2018 et propose, entre autres, un bilan des recherches sur la fracturation et des critères de caractérisation des pans de fracture d’origine anthropique.

De la fracturation à la fragmentation ….

Ce travail a été l’occasion de soulever un biais méthodologique à l’interprétation des pans de fracture sur bois animal, à savoir qu’il n’existe aujourd’hui aucun référentiel taphonomique sur la fragmentation (d’origine naturelle) de ce matériau. Nous souhaitons donc mettre en place un premier référentiel sur bois de cerf qui doit répondre à plusieurs objectifs :

  • Caractériser la spécificité et les variabilités des pans de fracture à partir d’ensemble naturels issus de différents contextes sédimentaires (milieux karstiques et de plein air).
  • Confronter ces données avec celles désormais acquises, et toujours en voie d’enrichissement, sur les pans de fracture expérimentaux et archéologiques.
  • Définir les premiers référentiels en la matière et préciser les critères distinctifs entre origine anthropique (variable selon les procédés) et origine taphonomique (variables selon les contextes et l’état de conservation).

Réalisation en cours et à venir

Corpus faunique

  • En cours : Tourville la Rivière (Paléo moyen, Normandie ; fouille Inrap, J.-Ph. Faivre, resp. faune : C. Bemilli ; bois de cerf)
  • À plus long terme : Soucy 3 (Yonne, fin Pléistocène moyen, fouille AFAN, V. Lhomme, resp. faune C. Bemilli ; bois de cerf).

Restitutions prévues : constitution d’une base de données, séminaires et publications collectives.

Perspectives futures et en collaboration avec d’autres UMR :

  • Application aux contextes karstiques (ex : Igue du Gral) et au bois de renne
  • Référentiel en néotaphonomie : exemple, tester la formation des fissures après exposition à l’air libre, aux intempéries, à la combustion ? (Tests en laboratoire /pergélisols artificiels : impact du gel/dégel etc.)
  • Tests mécaniques (École des Mines)
Matériel faunique de Tourville (C. Bemilli, Inrap)