Villages de terre crue

Membres

  • Coordinatrices : Pantelitsa Mylona et Julia Wattez
  • Collaborateurs GDR : Marylise Onfray, Alessandro Peinetti, Theophane Nicolas

Description

L’usage de la terre crue, attesté dès le début du Néolithique, couvre toute une gamme de procédés de construction pour l’édification des murs, des sols ou encore pour l’aménagement des foyers ou la fabrication d’éléments comme les banquettes.

Les recherches géoarchéologiques, fondées sur la micromorphologie des sols et l’imagerie 3D, sont menées en archéologie préventive ou programmée. Elles portent sur les vestiges architecturaux et les sols d’occupation de sites préhistoriques, protohistoriques et historiques, du Proche-Orient, de Méditerranée orientale et occidentale ou de milieu plus tempéré comme la France.

Elles s’articulent selon trois volets :

  1. les ressources exploitées pour la préparation de la terre à bâtir,
  2. la caractérisation des chaines opératoires de mise en œuvre de la terre crue,
  3. la restitution de l’organisation de l’espace villageois à travers le rôle de l’usage de la terre dans la formation de la stratification archéologique.

La terre crue constitue ainsi un objet d’étude privilégié pour appréhender, de manière interdisciplinaire, les relations sociétés-sols et les comportements socio-économiques qu’ils reflètent. Dans le cadre de l’atelier, en 2016, l’association Réseau Terre a été créée. Il se propose de promouvoir et de développer la recherche sur la construction en terre crue de la Préhistoire à nos jours : https://reseauterre.hypotheses.org/.



Citer ce billet
Inrap (2021, 26 janvier). Villages de terre crue. GDR 3644 Bioarcheodat. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0wq

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search