À propos

Le GDR 3644 BIOARCHEODAT a été créé au 1er janvier 2014 au sein de l’institut écologie et environnement (INEE) du CNRS, avec le soutien officiel du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) et de l’Inrap.

Ce groupement de recherche est un réseau interdisciplinaire et interinstitutionnel qui vise à documenter l’histoire des interactions entre sociétés, biodiversité et environnement, dans les différents contextes environnementaux qu’offre la France, et sur des échelles de temps emboîtées, combinant sur la longue durée les perspectives, millénaires, séculaires et décennales.

Pour ce faire, il met à profit les vastes jeux de données corrélés de la documentation archéobotanique et archéozoologique accumulée sur le territoire national depuis la fin des temps glaciaires. Il offre la possibilité d’étudier des changements climatiques de petite (Holocène) ou de grande ampleur (Tardiglaciaire), et des transitions culturelles de multiples natures, liées à la néolithisation, à la naissance du tissu urbain, à l’émergence des états, des empires, des échanges à longue distance, de l’industrialisation, sur terre comme sur mer. Cette approche est conçue comme une histoire des interactions au sein du métasystème qui réunit et lie les sociétés et les écosystèmes (anthroposystème). Elle est au service de l’histoire des sociétés et des cultures comme de celui de l’écologie et des dynamiques des biodiversités anthropisées.

Contribuant aux grandes questions sociétales et situées à l’interface homme-société-environnement-biodiversité, l’archéobotanique et l’archéozoologie produisent de grandes quantités de données souvent difficiles d’accès et peu valorisées.

Ce GDR  a pour ambition de :

  1. réunir les corpus de données bioarchéologiques dans des bases de données partagées, d’utiliser, nourrir et valider ces dernières par une série de recherches collaboratives ;
  2. consolider les liens existant dans la communauté scientifique au-delà des limites institutionnelles ;
  3. valoriser les travaux de cette communauté scientifique émergente.

Il constitue une forte dynamique et développe des projets de recherches s’appuyant sur des analyses archéozoologiques ou archéobotaniques.