Création d’un nouvel axe « Archéologie des Paysages » au sein de Programmation Nationale de la Recherche Archéologique (PNRA)

Conseil National de la Recherche Archéologique

Le CNRA est un organisme pluri-institutionnel qui remplit une mission de prospective scientifique près de la SDA au Ministère de la Culture. Il émet des avis relatifs aux méthodes et objectifs de la recherche archéologique, à sa diffusion, aux métiers qui en sont issus et à la formation de ses agents. Il rend un avis sur la délivrance des agréments/habilitations aux opérateurs privés et publics.

Programmation Nationale de la Recherche Archéologique

La PNRA est un texte cadre, incitatif, qui :

  • guide les prescriptions des représentants de l’Etat (prioriser certains axes de recherche)
  • cadre le projet scientifique (obligatoire) des opérateurs d’archéologie
  • est à la source de projets développés par les UMR bénéficiant d’un accord-cadre avec le min. de la Culture

La PNRA sera actualisée en 2020-21 (coord. S. Hurard, Inrap et V. Zech-Matterne). Il a été créé un nouvel axe Archéologie des paysages, entendus comme la somme historique des interactions sociétés-milieux, ayant valeur patrimoniale. Extrait de la loi Liberté Création Architecture et Patrimoine (LCAP) 2016 : « les vestiges […] et autres traces de l’existence de l’humanité y compris le contexte dans lequel ils s’inscrivent » appartiennent au patrimoine archéologique (art. L510-1).

Il s’agit d’un levier pour promouvoir les approches de la bio-archéologie, des sciences de la nature et de la vie, des sciences de la terre. Ce texte doit privilégier des thématiques plutôt que des disciplines. Appel à manifestation d’intérêt auprès du GMPCA, du réseau CAI-RN, du GDR BioArchéoDat et de l’Inrap.

Structuration de la programmation en 15 axes

  1. Humanités du Paléolithique ancien et moyenHumanités du Paléolithique supérieur et du Mésolithique
  2. Les expression graphiques pariétales en contexte
  3. Premières communautés paysannes
  4. Affirmation et structuration des sociétés rurales, du IVe mil. au IVe s. av. notre ère
  5. Le phénomène urbain
  6. Stratification, réseaux et peuplements du second âge du Fer à l’époque contemporaine
  7. Fait religieux et pratiques funéraires
  8. Archéologie des moyens de production et des techniques
  9. Lieux de pouvoir aux périodes médiévale et moderne
  10. Sociétés précolombiennes et amérindiennes traditionnelles
  11. Archéologie du monde moderne et contemporain
  12. Archéologie des conflits et des guerres
  13. Archéologie des paysages
  14. Archéologie des milieux fluviaux, maritimes et littoraux

Axe 14 : Archéologie des paysages

1. La notion de paysage en archéologie : une somme historique d’interactions sociétés-milieux et un champ patrimonial à préserver

  1. Une démarche nécessairement intégrative de multiples champs d’études et résolument interdisciplinaire.
  2. Evaluer l’intérêt scientifique des études : si matériel sensible, non renouvelable, lorsque les analyses sont destructrices…
  3. Revisiter la notion de site archéologique : passer de l’établissement au domaine agricole.

2. Evolution des éco-systèmes

  1. Réponse sédimentaires aux grands évènements climatiques et aux activités humaines.
  2. Cycles climatiques et évolution des couverts végétaux.

3. Emprise des sociétés humaines sur leurs territoires : aménagement des espaces inter-sites

  1. De nouveaux outils pour appréhender les paysages.
  2. Une anthropisation diffuse ? Habitats, réseaux économiques et mobilité humaine en milieux peu transformés.
  3. Une nature domestiquée ? Chroniques des mutations paysagères. Créations d’espaces de production et délimitations territoriales associées, axes de circulation.

4. Des ressources multiples à exploiter et préserver

  1. Exploitation des ressources naturelles : usages et techniques -Milieux forestiers -Espaces maritimes/Eaux douces. Exploitation de la flore et de la faune sauvage terrestre (du Paléolithique à la période contemporaine). Pratiques d’amendement (organique et minéraux), impacts à long terme sur les sols de culture.
  2. Saisonnalités des activités agro-pastorales. Diversité des modes d’élevage/rythmes saisonniers ; parcours, alternances
  3. Diversité spatiale et dynamique des systèmes agro-sylvo-pastoraux. Articulation élevage/culture ; complémentarité des espèces et des espaces; déclinaisons régionales des systèmes.

5. Productions/transformations et diffusions/commerce des produits d’origine animale et végétale : réseaux d’échange, aménagement des voies de circulation, modes de transport

6. L’animal et le végétal dans la vie spirituelle et religieuse

Le texte final, attendu pour décembre 2021, devra synthétiser un court bilan des grandes avancées, des aspects méthodologiques et surtout des perspectives de recherche en 20 – 25 pages, en gardant à l’esprit que les objectifs doivent être applicables dans les 5 ans à venir et rester réalistes par rapport aux conditions d’exercice de l’archéologie métropolitaine et d’Outre-mer.

  • Validation du plan détaillé (séance plénière 7-8 avril 2021) mais peut encore évoluer ensuite.
  • Appel à contributeurs, tableau qui circulera après validation du plan avec qui fait quoi et calibrage approximatif.

Rendu des textes au 1er septembre 2021 pour relectures. La programmation n’est pas figée dans le temps ; elle évolue constamment avec les avancées et les nouveaux centres d’intérêt de la recherche. Elle ne doit pas tt inclure mais attirer le regard sur certaines questions, en gardant à l’esprit le fait qu’il existe une certaine nécessité de cohérence et de continuité dans les prescriptions des services régionaux de l’archéologie (SRA).


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search