Pratiques de boucherie et pratiques alimentaires sur le temps long

Membres

  • Coordinatrices : Sandrine Costamagno (UMR 5608), Camille Daujeard (UMR 7194) & Magali Fabre (ANTEA-Archéologie, UMR 7044)
  • Collaborateur / Collaboratrices (GDR) : Rose-Marie Arbogast (UMR 7044), Ginette Auxiette (Inrap, UMR 8215), Céline Bemilli (UMR 7209), Clément Birouste (UMR 5608), Benoît Clavel (UMR 7209), Sylvain Foucras (UMR 5138), Armelle Gardeisen (UMR 5140), Lamys Hachem (Inrap, UMR 8215), Marie-Pierre Horard-Herbin (UMR 7324), Véronique Laroulandie (UMR 5199), Charlotte Leduc (Inrap, UMR 8215), Jean-Baptiste Mallye (UMR 5199), Stéphane Péan (UMR 7194), Marie-Cécile Soulier (UMR 5608) et Emmanuelle Vila (UMR 5133)
  • Collaborateur / Collaboratrices (hors GDR) : Nicolas Goepfert (UMR 8096) et Delphine Vettese (UMR 7194)

Objectifs

L’objectif de cet atelier est de mener une réflexion collective sur les pratiques de boucherie et les pratiques alimentaires, avec la volonté de confronter les méthodes d’étude des vestiges osseux et les interprétations entre les différentes périodes chronologiques. L’atelier réunit donc un panel d’archéozoologues travaillant déjà sur ces questions, mais sur des périodes différentes, depuis le Paléolithique ancien/moyen jusqu’au Moyen-Âge. Il s’agit de confronter les approches méthodologiques et d’y puiser des outils qui pourraient enrichir les analyses et les réflexions, et faire émerger des problématiques communes. Cette approche diachronique a pour ambition de décloisonner les pratiques afin de permettre à plus long terme des comparaisons dans une large diachronie. L’atelier prévoit des journées de rencontre annuelles autour de cette thématique des pratiques bouchères et culinaires.

Comparaison de traces expérimentales de piétinement (trampling) et de découpe bouchère (cut marks). Source : Domìnguez-Rodrigo et al., 2009 .

Activités 2021

Les 6 et 7 octobre 2021 une grande partie des membres de l’atelier a pu se réunir en distanciel et en présentiel et à Paris (MNHN), pour une première rencontre autour des pratiques de boucherie sur le temps long. Cette table-ronde, qui s’est tenue sur deux journées, s’est articulée autour de présentations thématiques suivie de longues plages de temps de discussion. Elle a permis d’aborder les pratiques de boucherie sous l’angle des méthodes, des gestes techniques et comme marqueurs culturels, avec des questions sur la standardisation, la spécialisation ou encore la ritualisation de certaines pratiques. Cela a été également l’occasion de présenter et de discuter des diverses méthodes d’observation (MEB, confocal, Hirox, etc.), d’enregistrement (SIG, planches, etc.) et d’interprétation des traces de boucherie (stries, impacts de percussion, fracturation, etc.).

Journées des 6 et 7 octobre 2021 organisées en distanciel et en présentiel à Paris (MNHN).

De là est ressorti la volonté de rédiger un document collectif (article, chapitre d’ouvrage ou atlas) sur les minimums méthodologiques concernant les traces de boucherie qui traiterait :

  • de la nomenclature des traces ;
  • de leur quantification (fréquence, lisibilité des surfaces, dents isolées, etc.) ;
  • des différentes manières de présenter les données dans les articles et les rapports ;
  • des modes de représentation des schémas de boucherie.

Dans ce cadre, l’un des objectifs à court terme est la création d’un dossier collaboratif pour l’hébergement de références bibliographiques et d’autres données. À cet effet, un dossier partagé a été ouvert dans « ShareDocs », et il est prévu de créer une base de données bibliographiques dédiée sur Zotero.

Prévisions pour 2022-23

Le deuxième atelier, qui se tiendra à l’automne 2022, à Paris ou à Lyon, aura pour objectif de réaliser ce document sur les minimums méthodologiques, en identifiant les principales problématiques à aborder. Afin de préparer cet atelier, une visioconférence avec les différents participant(es) de l’atelier est prévue au printemps prochain (mars-avril).

L’atelier sur la thématique des pratiques culinaires sera quant à lui organisé en 2023, sans doute à Tours.

Enfin, à plus long terme, cet atelier souhaite pouvoir participer à la valorisation et à la mise en partage des nombreuses expérimentations sur les pratiques de boucherie menées par plusieurs collègues et laboratoires au niveau national.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search