Catégorie : Pour aller plus loin

Stage d’initiation au traitement des données et analyses statistiques (4-5/10/2021)

Stage d’initiation au traitement des données et analyses statistiques (4-5/10/2021)

Formation aux fondamentaux accessible à toutes et tous. Le plus est la prise en main du logiciel PAST qui permet d’accéder simplement à de nombreuses analyses. Pour les analyses multivariées, initiation à R en passant par des interfaces (il n’est pas nécessaire de maitriser le langage R).

Stage d’initiation à la morphométrie géométrique (2-3/11/2021)

La morphométrie géométrique est une méthode de plus en plus utilisée en bioarchéogie (os, dents, graines, artéfacts…), employée pour étudier et analyser la forme d’une structure. Elle permet la quantification des variations de forme et la mesure des similarités et des différences morphologiques entre les objets étudiés. L’objectif de cette formation et d’offrir un panorama général des méthodes de morphométrie géométrique et de leurs applications possibles en bioarchéologie.

TaphonomieS – Ouvrage du Groupement de recherches 3591 « Taphonomie, Environnement et Archéologie »

L’ouvrage concrétise les travaux du groupement de recherches « Taphonomie, Environnement et Archéologie » (TaphEnA) du CNRS-INEE. Divisé en six parties, il regroupe vingt-sept chapitres rédigés par quarante-cinq auteurs de diverses spécialités des sciences de la Terre, de la vie, et des sciences humaines.

Contribution de la paléogénétique à l’archéologie

La paléogénétique, c’est-à-dire l’analyse génétique de l’ADN préservé dans les vestiges biologiques du passé, principalement os et dents, a ouvert de nouvelles perspectives en archéologie. Cette alliée de poids apporte des informations qui ne sont pas accessibles par d’autres approches et contribue à une meilleure compréhension des sites archéologiques et des sociétés du passé, concernant entre autres migrations et métissages, domestication des animaux et des plantes, effets de l’action humaine sur les populations animales et végétales sauvages. Cet article présente une courte introduction à la génétique et aux spécificités de la paléogénétique, un protocole pour le prélèvement et le stockage des ossements destinés à être analysés et un aperçu des avancées de la discipline qui enrichissent les connaissances de l’archéologie, en particulier lorsqu’un dialogue intense et fertile est établi entre archéologues et généticiens.

La conservation et la gestion des biomatériaux au sein du CCE d’Alsace

Le Centre de Conservation et d’Étude (CCE) d’Alsace, porté par Archéologie Alsace, les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et la DRAC Grand Est, a été inauguré, en 2016, à Sélestat en vue d’améliorer la conservation et la gestion du mobilier archéologique à l’échelle de l’Alsace. Les biomatériaux sont particulièrement bien représentés au CCE.

Illustration de profils squelettiques et représentation de données statistiques automatisées via un SIG (logiciel QGIS)

L’utilisation de dessins de squelettes d’animaux numérisés pour illustrer la représentation des parties squelettiques d’une espèce donnée est devenue courante en archéologie, que ce soit en termes de présence ou d’absence, de quantité (cercles proportionnels) ou de pourcentage (par ex. densité). La quantification automatique de ces divers modes de représentation est rendue possible via le recours à un système d’information géographique (SIG). Dans ce cadre, ce n’est pas la fonctionnalité de géolocalisation qui nous intéressera ici mais la possibilité d’introduire un lien dynamique entre la projection en plan des profils squelettiques et les systèmes d’enregistrement de type tableurs ou bases de données.

OGAIA : Outil de Gestion, d’Analyse et d’illustration en Archéozoologie

OGAIA est une combinaison d’outils développés à l’aide des logiciels Excel© et Qgis©. L’objectif de ces outils est de faciliter l’enregistrement, la gestion, l’analyse et l’exploitation des données archéozoologiques recueillies dans le cadre d’une opération de terrain. L’ensemble est conçu pour optimiser le temps consacré à la saisie et à la production des inventaires légaux, mais aussi permettre l’exploration rapide des données et la production de documents illustrant l’étude archéozoologique : statistiques descriptives simples, figures de répartitions anatomiques, etc.

Les restes organiques minéralisés : un nouveau champ d’investigation en contexte funéraire. Exemple de la nécropole mérovingienne de Merxheim « Obere Reben » (Haut-Rhin)

Rarement intelligibles, les restes organiques minéralisés représentent un potentiel informatif sous-estimé. Directement liés à l’étude de l’objet archéologique en métal qui leur sert de support et a permis leur conservation, ils constituent un champ d’investigation quasi inépuisable et d’une grande diversité. La complexité intrinsèque des matériaux, la variabilité des dégradations possibles, la prise en compte des contextes d’enfouissement impliquent, cependant, de repenser la chaîne opératoire de l’archéologie, depuis la prescription de fouille jusqu’aux lieux de conservation définitifs des biens mobiliers.

Nouveau protocole de prélèvement et de préparation des macro‐charbons pour une généralisation des études anthraco‐chronologiques

Les développements méthodologiques en anthracologie permettent actuellement d’obtenir des spectres de fréquences de taxons représentatifs des environnements passés, moyennant des conditions précises d’échantillonnage et de tamisage. Pourtant, d’autres informations sont disponibles dans les charbons de bois, en particulier ceux de taille pluricentimétrique. Depuis le début des années 2000, plusieurs recherches se fondent sur les informations de morphologie des cernes (courbure, largeur, etc.) des charbons de bois retrouvés en contexte archéologique, afin de répondre à des questions liées aux durées d’occupation des sites, à l’interdatation des structures domestiques ou artisanales, à la gestion du combustible, etc. Toutefois, l’aspect chronologique reste peu ou non exploité dans les études anthracologiques.

Apport et place de la xylologie en archéologie préventive

L’archéo-xylologie est l’étude des bois archéologiques principalement découverts en milieu humide. Ces bois gorgé d’eau, mis au jour lors de fouilles archéologiques, conservent souvent leur forme et leur aspect d’origine. Matériau naturel utilisé par les hommes de toute époque, il permet d’entrevoir les environnements passés à travers ses caractéristiques écologiques (cernes de croissance, morphologie de la plante) et documente certaines pratiques anthropiques (récolte, façonnage, utilisation). Les vestiges se font pourtant rares et seule une infime partie est parvenue jusqu’à nous du fait, d’une part, des conditions particulières nécessaires à leur conservation et, d’autre part, du hasard de leur découverte.

Le stage Archéologie environnementale : une approche thématique et transversale des sciences naturelles appliquées à l’archéologie préventive

La formation interne de l’Inrap « Archéologie environnementale » vise à présenter les apports des différentes disciplines bioarchéologiques et géoarchéologiques mises en œuvre pour une meilleure compréhension des activités humaines au cours du temps. Des exemples croisés sont présentés par thématique, comme la restitution du paysage, l’exploitation des milieux, les pratiques funéraires, artisanales, agro-pastorales et alimentaires.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search