Catégorie : Publications

L’animal : un objet d’étude – Actes du 141e Congrès du CTHS

Homo animal est : l’être humain appartient lui-même au règne animal, mais il est le seul à projeter sur les autres membres de ce vaste ensemble un regard analytique. Prendre l’animal comme objet d’étude, c’est le propre de l’homme. « Chez absolument tous il y a quelque chose de naturel, c’est-à-dire de beau » : Aristote, s’apprêtant à détailler les Parties des animaux, prévient son lecteur que les animaux les plus répugnants méritent eux aussi l’attention du scientifique, car ils témoignent des règles auxquelles se conforme la nature, que le philosophe a à cœur de percer. Cette longue tradition d’étude du monde animal, renouvelée aujourd’hui par les découvertes sur le génome, a pris de multiples formes au travers des âges ; mais elle a toujours suscité d’amples questionnements, non seulement sur la nature des animaux eux-mêmes, mais aussi, plus largement, sur leur place dans le monde et, en retour, sur celle de l’homme lui-même.

Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire (édition électronique)

Les dix-neuf textes que comporte ce volume sont issus du colloque organisé dans le cadre du 141ème Congrès du CTHS « L’animal et l’homme » qui s’est déroulé à Rouen du 11 au 16 avril 2016. Proposé par la section préhistoire et protohistoire du CTHS, ce colloque avait pour objectif d’aborder les relations Homme/Animal sous ses multiples facettes, depuis le Paléolithique jusqu’à l’âge du Fer.

Archéozoologies. L’archéozoologie, entre homogénéisation des pratiques et innovations techniques

Les vestiges bioarchéologiques, qu’ils appartiennent au monde animal ou végétal, et qu’ils soient visibles ou difficilement perceptibles lors de la fouille, offrent à l’archéologue un potentiel informatif considérable. Parmi eux, les restes animaux et plus particulièrement les ossements des mammifères et des oiseaux constituent, du fait de leur forte visibilité, le mobilier le plus anciennement et fréquemment étudié.

Taphonomie, Environnement et Archéologie

Ce volume de « Taphonomie, Environnement et Archéologie » correspond aux travaux d’un groupement de recherches du CNRS-INEE (GDR 3591) qui a fonctionné entre 2013 et 2016, avec des personnels de plusieurs institutions et laboratoires français, spécialistes dans de nombreuses disciplines et domaines scientifiques, partageant et travaillant sur la période du Quaternaire.

À coup d’éclats ! La fracturation des matières osseuses en préhistoire

La fracturation lato sensu des matières osseuses désigne différentes réalités, selon les disciplines concernées (archéozoologie, technologie, anthropologie physique), mais aussi selon les contextes historiques et scientifiques dans lesquels ce concept est utilisé, les matières premières auxquelles il est appliqué, ou encore ses objectifs.